Compte-rendu de la visite de l’unité de méthanisation de la ferme d’Arcy

by : Martina Nolte src : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:2012-05-13_Nordsee-Luftbilder_DSCF8495.jpg licence : http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/legalcode

Nous avions commencé les visites climat organisé par l’Ademe par la découverte d’une unité de méthanisation. Nous les terminons par une visite d’une autre unité de méthanisation, basée sur une technologie différente. Cette dernière permettant de produire, non pas de l’électricité mais, du gaz de ville.

Résumé factuel en quatre temps du déroulé de l’événement.

La traversée

Comme pour la ferme du Tremblaye, il fallait être prêt à faire quelques kilomètres (60 km) pour écouter l’un des deux entrepreneurs ayant lancé et mis en œuvre le premier projet de méthanisation « gaz de ville » en France et probablement en Europe.

La ferme d’Arcy (Chaumes-en-brie) sur laquelle est installée l’unité de méthanisation est une « ferme aux champs ». C’est, au regard de la réglementation concernant ces unités – qui par prévention impose des distances minimales de sécurité entre un méthaniseur et des habitations – plutôt un avantage.

La promotion de l’Ademe

La responsable du service économie circulaire & déchets est d’abord intervenue pour présenter l’action de son service et des deux autres branches de l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Ces dernières sont la vie, le territoire et la transition énergétique. L’Ademe finance une partie de l’innovation liée à ses trois domaines d’activité. Pour le projet de la ferme de Cléry, 530 000 € de subventions publiques ont permis de boucler le financement global de 5 millions d’euros.

La présentation du projet par un innovateur

L’injection de bio-gaz (issue de la méthanisation du fumier de vaches) est effective depuis août 2013. Avant cela, les deux frères propriétaires de la ferme d’Arcy (1893) et associés de la SAS Bioénergie de la Brie, sur une idée née en 2008 ont dû pas mal ramer. Ils continuent d’ailleurs au quotidien à porter une expérimentation riches d’enseignements qui permettrait déjà à ceux qui voudraient ce lancer à gagner pas mal de temps.

C’est l’un des deux entrepreneurs à la source du projet, qui :

  • a présenté rapidement la ferme, son histoire, ses caractéristiques notamment l’existence préalable d’un projet de photovoltaïque réussi
  • a abordé les contraintes qui ont pesé voire pour certaines d’entre elles persistes.
  • a expliqué le fonctionnement d’un méthaniseur et la particularité de l’injection du bio gaz dans le réseau du gaz de ville de Grdf.

Sa brillante et très éclairante présentation a été ponctuée de nombreuses questions d’un auditoire assez nombreux, très intéressé et admiratif de ce qui a été réalisé.

Sur site

Après que nous ayons compris le dispositif mis en œuvre, nous nous sommes rendus sur place pour faire connaissance avec le digestat et les installations.

Pour conclure, bravo et merci à notre guide qui nous a consacré généreusement son temps, pourtant ressources précieuses au regard de ces multiples activités.

Trois éléments ont particulièrement retenu notre attention

  • La compréhension des mécanismes de la méthanisation et de l’injection dans le réseau de Grdf.
  • Les contraintes liés à l’innovation
  • L’expérience d’un pionnier

Le 19/12/2015
Cyril Desmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *