Décloisonner pour produire mieux, plus durable, ensemble

Le 19 oct. 2017, dans le cadre du festival numéricité #2 organisé par la bibliothèque de l’Haÿ-les-roses, se tenait une matinée professionnelle consacrée au décloisonnement, à la production & au collaboratif. « Innovation et usages numériques : décloisonner pour produire mieux, plus durable, ensemble. » Tout un programme ! Laurent, bibliothécaire et organisateur de l’événement avec la bibliothèque de Chevilly en ont fait une très bonne synthèse dont nous vous recommandons la lecture.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, son avant propos avant de reprendre quelques éléments abordés lors de la présentation de deux co-productions de l’association Electrocycle.

Teasing de l’après-évènement

« Ouvertes sur le monde, les bibliothèques sont au cœur des échanges de savoirs qui s’élaborent et se diffusent autour d’elles, et irriguent leurs territoires de nouvelles façons d’apprendre et de se distraire. Lorsqu’elles co-construisent leurs projets avec leurs usagers, lorsqu’elles s’imbriquent dans des démarches de développement durable, lorsqu’elles tissent des liens avec le monde de l’éducation populaire, des technologies ou des sciences du vivant et vont à la rencontre d’autres métiers, les bibliothèques, longtemps cantonnées au livre, se réinventent et légitiment de nouveaux acteurs du savoir et de nouvelles manières de l’acquérir.

Pourquoi et comment mener une démarche innovante en bibliothèque ? Comment repenser nos projets d’établissements en incluant ces nouveaux interlocuteurs et quel rôle leur attribuer dans nos politiques culturelles ? Des intervenants, qui ont tous voulu tenter l’expérience du décloisonnement, viendront nous présenter leur méthode pour y parvenir, sans négliger les obstacles et les difficultés rencontrées. »

La présentation de deux productions d’Electrocycle

Depuis la fin 2011, l’un de ses cofondateurs, s’intéresse aux problématiques soulevées par les déchets électroniques. Il a eut l’occasion de rencontrer quelques acteurs pionniers de l’économie circulaire & de voir émerger les premiers fablabs. Bon connaisseur du milieu de la bidouille, il évolue dans le monde de l’ESS et aussi (à la périphérie) de celui … des multinationales.

Son intervention avait deux objets. Revenir sur une expérience collective de production du « machin chose » et faire connaître une initiative de réappropriation citoyenne sur l’énergie à travers les projets devenus communs de deux des membres d’Electrocycle : le point de contrôle de piles.

Ce fut aussi l’occasion de parler de différents concepts : économie circulaire, réemploi, recyclage, déchet, ressources revalorisables, ressourceries, régénération de piles.

*
* *

Un beau moment passé à écouter les expérimentations des uns et des autres ainsi qu’à échanger avec l’ensemble des participants et du public. A l’issue des discussions, une meilleure connaissance des acteurs invités ainsi que des projets qu’ils portent. Un souhait, celui de pouvoir un jour coproduire ensemble de nouvelles hybridations qui évolueraient dans des bibliothèques réinventées mais ayant toujours à coeur le lien social & la diffusion des connaissances.

Le 9/12/2017
Cyril Desmidt

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *