En route pour lab-au.org ?

L’association Framasoft a pour devise : « la route est longue mais la voie est libre,,. » Quel rapport avec lab-au.org me direz-vous ? Et bien, lundi 21 octobre 2014 s’est tenu le premier atelier participatif autour d’un futur site web dédié à l’expérimentation en agriculture urbaine en France. En route vers lab-au.org ! Pour cet événement, Babylone recevait Picapo, association de libristes proposant notamment une offre d’hébergement Internet libre et open source.
Après le choix d’un nom de domaine, de nombreuses questions se posent. Cet atelier a permis d’en poser quelques-unes et parfois de répondre à certaines d’entre elles. Un chemin vers « une plate-forme d’échanges, de ressources et de collaborations transversales ayant pour but de promouvoir des services en faveur de l’agriculture urbaine et périurbaine. » a, en tout cas, été esquissé.

Un hébergement alternatif aux offres commerciales ?

La décision a été prise d’expérimenter l’offre proposée par Picapo en profitant d’un partenariat en cours d’élaboration entre Picapo & InfoGnuEureka.

Une visite du datacenter dans lequel se trouve le serveur sera organisé le 31 oct. 2014.

Quels responsables ?

Identifier les responsables éditoriaux est non seulement une obligation légale mais en plus une bonne pratique. L’un des membres de toits vivants, inventeur du nom lab’AU, ayant fait l’acquisition du nom de domaine lab-au.org c’est l’association Toits Vivants qui portera ce projet.

Les absents, ayant toujours tort, c’est si elle l’accepte, la personne ayant déjà initié un blog personnel lab’AU qui en serait directrice de publication de http://www.lab-au.org. Souhaitant conserver son propre site Web, l’articulation avec lab-au.org reste à creuser afin de ne pas avoir la même chose pour ces sites distincts.

Un comité éditorial pris parmi les membres de différentes associations liés à l’agriculture urbaine assurerait un certain niveau pour les articles publiés. Cela impliquerait vraisemblablement quelques contraintes dans l’hypothèse où un article serait publiable à la fois sur le site d’une association partenaire et sur lab-au.org. La règle serait que dans ce cas, l’article devrait être d’abord validé par ce comité éditorial avant d’être publié par l’association partenaire.

Quel contenu et quelles interactions avec l’existant ?

Certains articles déjà publiés sur des sites associatifs liés à Babylone pourraient être repris afin de permettre une plus large visibilité.

La problématique des interactions avec un projet régional en Ile de France autour de l’expérimentation en agriculture urbaine (à venir) ainsi qu’avec des outils (de curation et de veille) utilisés par certains babyloniens a été mise en lumière.

Quel modèle économique ?

Ouvrir les imaginaires, c’est le B.A.BA pour des participants du mouvement « Villes en transition« . Aussi, afin de ne pas refermer trop vite la fenêtre des « utopies concrètes », cette question a volontairement été laissée de côté.

Quelques échanges ont porté sur une position de principe de publier sous Creatives Common. Mais CC 0, CC BY SA, CC BY NC ? Plus tard dans la soirée, une autre licence libre, la peer to peer a été mentionnée. Par ailleurs, la question de la « libération » d’anciens articles qui seraient intégrés à cette future plate-forme a été soulevée.

*
* *

A l’issue des échanges, bien des questions restaient encore sans réponses. Les rencontres qui suivirent ne permirent pas d’arriver à un consensus. A notre connaissance, le nom de domaine n’avait pas encore été utilisé à la fin de 2017 et renvoyait toujours vers https://villeresiliente.org/babylone/ .

CD,
le 23/10/2014
Mis à jour le 28/12/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *