Ensemble on va plus loin sur Sauvons les piles ?

Dans le cadre du festival du film du numérique et de l’environnement initié par La maison de l’informatique responsable – association avec laquelle Electrocycle a réalisé une expérimentation commune de test de piles de point de collecte éphémère – 3 membres d’Electrocycle ont présenté le projet Sauvons les Piles au Fablab du Carrefour Numérique (Cité des Sciences e’ de l’industrie).
Devant un public de makers enthousiastes, de retraités soucieux de l’environnement et de parents venus avec leurs enfants découvrir l’initiative « Sauvons les piles » (SLP), 2 ateliers interactifs ont permis de mieux saisir ses enjeux, ses difficultés & ses axes de développement.

Un fil rouge, la poursuite d’un projet commun d’intérêt général. Retour sur des contributions passées, présentes et … à venir.

1. Les enjeux de Sauvons les piles

Il faut 50 fois plus d’énergie pour fabriquer une pile qu’elle n’en produira.

Par ailleurs, 1 pile sur 10 collectées dans un point de collecte est … neuve. Des piles rechargeables se trouvent parfois mis par erreur dans le bac de collecte. Et une proportion non négligeable de piles alcalines peuvent soit directement faire l’objet d’une réutilisation soit après régénération repartir pour un nouveau cycle. C’est ce que nous avons pu constaté le 27 avr. 2019 puisque sur 5 piles apportées par l’une des participantes, 4 après test au multimètre avaient une tension supérieure à 1,4 v et 1 pouvait faire l’objet de régénération.

Des enjeux écologiques donc mais également organisationnels puisque pour tout à la fois, limiter les ressources utilisées et mobiliser les énergies des utilisateurs du lieu, les stations de diagnostic avec les équipements de traitement des piles devront être autonomes.

Sensibiliser par les porteurs initiaux de la station de diagnostic (Daniel) et de la régénération de piles (Philippe), l’association Electrocycle avec le soutien de Zero Waste France souhaite démontrer à partir d’une expérimentation menée au Fablab du carrefour numérique de la cité des sciences et de l’industrie qu’il est possible de développer localement, en circuit court & grâce à l’open source (transparence, réplicabilité, communautés) le réemploi des piles.

2. Quelques difficultés d’un projet bénévole d’innovation ouverte

Bien du chemin a été fait depuis 2015, mais beaucoup reste encore à faire avant que des stations de diagnostic de piles couplées à des équipements de traitement des piles usagées ne fleurissent dans des entreprises, des tiers lieux & des écoles.

Si la région Ile de France s’était montrée prête à financer en partie le projet, Electrocycle a préféré valider des partenariats opérationnels avant de s’engager à proposer un budget. Qu’il est compliqué d’avancer avec une initiative bénévole, d’une viabilité économique incertaine, qui :

  1. va à l’encontre d’une consommation d’un produit imaginé & voulu comme jetable,
  2. n’a pu jusqu’à présent fédérer une masse critique de contributeurs empruntant une route commune,
  3. & dont les porteurs – après des années sur le sujet – aspirent à trouver d’autres relais.

Ne pouvant compter actuellement que sur le temps bénévoles des membres les plus engagés d’Electrocycle, pour faire vivre SLP, cette présentation était destinée tout à la fois à :

  • lancer la dimension régénération de Sauvons les piles au Fablab,
  • accueillir de nouveaux contributeurs,
  • recueillir les retours de ses utilisateurs présents et futurs.

3. Des axes de développement abordés concrètement

Si la première partie de la présentation au Fablab du carrefour numérique a permis de cerner enjeux et difficultés du projet, elle a été également l’occasion d’interactions avec le public. Ainsi a-t-on pu échanger sur ce qu’était une pile, l’open source, le réemploi, le recyclage & avancer sur les axes SLP :

– de régénération (open source),

– d’éducation à la piles,

– de débouchés pour les piles usagées dites de réemploi .

3.1 Un nouveau régénérateur open source à tester au Fablab du carrefour numérique ?

Parmi les personnes présentes se trouvait Ramzi, co-fondateur de l’éco-Fablab SqyLab, initiateur de bemaker & qui, formé par Philippe, porteur du projet Electrocycle/ZWF de régénération de piles & consultant sur Regenbox pour l’association Atelier 21 – a développé un prototype de régénérateur mieux adapté pour des régénérations de piles dans des fablabs que celui co-produit avec Atelier 21.

3.2 L’éducation à la pile grâce à SLP ?

Des exercices ludiques de prise de tension des piles collectées par la maison de l’informatique responsable (MIR) ont été réalisés par les enfants présents. Ils ont permis de retrier les piles du point de collecte éphémère de MIR pour, soit les régénérer, soit les réemployer sans régénération.

3.3 Des objets poétiques, artistiques & pédagogiques, futurs débouchés pour les piles régénérées ?

Collecter des piles qui ne seraient pas réemployées n’auraient guère de sens pour un projet de réemploi ! Les fabricants de piles ont déjà identifiés pour les piles alcalines des usages que les éco-organismes piles relayent.  Or, les piles régénérées sont moins efficientes que des piles alcalines neuves. D’où l’idée de trouver des débouchés à partir de certains des projets en cours de développement d’Electrocycle. C’est la raison pour laquelle un second atelier après la présentation de SLP a été organisé.
Plusieurs idées ont émergé de cet atelier brainstorming dont celle de transformer le papillon en voltmètre ludique & pédagogique pour la station de diagnostic à partir de led (rouge, jaune, verte) & d’un moteur basse tension qui ferait bouger les ailes du papillon si la led verte s’allume !

*
* *

Au final, un beau moment de partage qui, nous l’espérons, devrait être suivi prochainement d’une rencontre au Sqylab pour poursuivre la collaboration initiée le 27 avr. 2019. Ramzi est de son côté revenu sur cet événement dans cet article.
Après l’exposition de la station de diagnostic sauvons les piles (août 2018), la mise en lien entre le bac recycler de SLP et le fonctionnement local d’Universcience (mars 2019), c’est maintenant le régénérateur de première régénération qui a été officiellement mis en fonctionnement à l’occasion de l’événement du 27 avr.

Electrocycle, ZeroWasteFrance, Universcience, Villette Makerz, Sqylab… plus nous serons nombreux à tenter l’aventure « Sauvons les piles » (SLP), plus nous devrions augmenter nos chances d’arriver à bon port. Et, répondre collectivement positivement à la question : Peut-on développer le réemploi des piles en complémentarité du recyclage ? Si vous voulez rejoindre l’aventure, n’hésitez pas à nous contacter voire … adhérer.

Le 2/05/2019
Cyril Desmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *