Le projet D3E et le libre expliqué à des élus

Les développements ci-dessous synthétisent une partie des échanges avec des élus en 2014. Les informations sur les projets d’Electrocycle ont été mises à jour en dec. 2017 pour fêter la nouvelle année !
1. Le projet D3E, quezako ?
2. Quel rapport entre les équipements électriques & électroniques en fin de vie et le libre ?
3. Les ateliers démontage/inventaire d’équipements électriques & électroniques, un modèle à importer, financer, étendre et détourner (hacker) pour le rendre viable ?

1. Le projet D3E, quezako ?

Le projet sur les déchets électroniques & électroniques (D3E), initié fin 2011, était destiné :

  • d’abord à comprendre le phénomène de l’obsolescence des équipements électriques & électroniques
  • puis, à proposer des solutions pragmatiques complémentaires au « tout recyclage » des équipements électriques & électroniques.

Il était né d’un besoin pratique. Créer son propre emploi en faisant quelque chose d’utile sur une thématique avec de très fort enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Cela, en mobilisant notamment des compétences de professionnel de l’information.
Des années d’actions et d’études nous ont fait comprendre bien des choses sur les déchets électroniques, la nature humaine, le « libre », l’open source, l’économie collaborative, l’ESS, l’innovation ouverte & plus généralement sur notre système économique et social.
Le blog d’Electrocycle, l’Asso D3E relate une partie de nos expérimentations et tatonnements. Une rubrique est consacrée aux ateliers démontage/inventaire d’équipements électriques et électroniques.

2. Les D3E et le monde de l’éducation populaire, du libre & de l’open source

Rapide retour sur l’origine des ateliers de démontage/inventaire avant d’évoquer les outils mis en place et le devenir des outils et des ateliers.

2.1 L’origine des ateliers de démontage/inventaire

L’idée de ces ateliers de démontage/inventaire est née d’une discussion en 2014, au Hakerspace de la Blackboxe.
Un partenariat entre la ressourcerie de la Petite Rockette & une association de promotion du libre et de l’éducation populaire a été l’élément qui à inscrit Electrocycle sur la durée à travers la programmation de « la Rockette Libre ».
Originellement, il s’agissait de constituer un prototype de base libre de connaissances sur les équipements électriques et électroniques à partir d’une dizaine d’équipements fournis par la ressourcerie. Cette base devait permettre de mettre en lumière :

  1. les sous-ensembles ou pièces détachées des équipements électriques et électroniques en fin de vie,
  2. leur composition en matières plastiques, métaux…,
  3. et les réemplois ou réutilisations possibles.

2.2 L’évolution des outils & les intérêts des ateliers de démontage

Les outils mis en place avant leur abandon

Ces ateliers proposés par Electrocycle avaient permis de constituer un premier prototype. Basé d’abord sur un logiciel de gestion de bibliothèques et l’outil media wiki, nous avons ensuite, pour des raisons techniques basculé sur un catalogue électronique hébergé sur http://electrocycle.co et l’utilisation de http://commons.wikimedia.org .
Faute de temps et de ressources humaines, il a été dépublié et abandonné.
Nous avons jugé plus utile de contribuer à la diffusion d’un  outil qui pourrait permettre la réutilisation de connaissances déjà présentes dans Wikipedia : Wikidata.
Avant son abandon, la co-création de ce prototype mis sous licence libre (CC BY SA) a néanmoins, pendant un temps, permis le partage et l’échange de connaissances entre participants.

Les intérêts multiples des ateliers

Les discussions, démontage & bidouillage furent l’occasion d’aborder :

  • les problématiques liées aux D3E (comme la prise de conscience du gaspillage de ressources),
  • l’auto-formation et la découverte de solutions par l’expérimentation,
  • le rôle de l’intelligence collective,
  • et la diffusion d’une culture scientifique par la pratique. Formule plus tard reprise et améliorer par l’ESPGG à l’occasion d’ateliers autopsies.

Dans un monde où la science est omniprésente, et où hélas nous souffrons d’analphabétisme scientifique, nous croyons que ces ateliers ont contribué à mieux appréhender – au-delà des enjeux des D3E – le monde dans lequel nous vivons.

3. Dupliquer ailleurs des ateliers de démontage/inventaire & des ateliers de prototypage ?

3.1 Des ateliers de démontage & de prototypage testés avec succès

Identifier les sous-ensembles pouvant être réutilisés plutôt que recyclés, n’a été qu’une première étape. Stocker des pièces alors que la place manquera toujours, n’est pas une bonne idée. Aussi, avons-nous réalisé quelques ateliers de prototypage destinés à promouvoir la réutilisation des sous-ensembles de D3E et le matériel libre.

Bien qu’ayant fait leur preuve, faute de temps et de mobilisations suffisantes, nous avons décidé de stopper nos ateliers de démontage/inventaire qui étaient sur un mode « faisons le ensemble » (=do it together = diwo).
Nos succès modestes, ne nous ont pas porté jusque vers de projets comme celui des impressions 3D. Néanmoins, l’atelier en collaboration avec Antanak & Atomes crochus à l’espace Pierre Gilles de Gennes fut riche en terme d’expériences.
Depuis 2017 un ambitieux projet de point de contrôle de piles sur plusieurs sites pousse Electrocycle vers l’écoconception et l’économie de fonctionnalité. Pour éviter de disperser nos maigres ressources un recentrage s’est fait sur les piles et accumulateurs.

3.2 Un financement pour des activités à fort potentiel ?

Après des années d’un projet rendu possible uniquement par de la conduite de projet bénévole, nous pensons qu’il est temps de changer d’échelle.
Nous espérons le soutien des pouvoirs publics comme d’acteurs privés pour permettre à nos différentes initiatives d’atteindre des objectifs ambitieux en terme de création d’emplois, d’activités économiques et d’innovations tant sociales que techniques.

Le 19/05/2014
Mise à jour le 2/01/2017
Cyril Desmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *