Un atelier plutôt réussi qui appellerait une suite ?

L’e-mail & le téléphone avaient permis de faire connaissance avec Rodolphe et d’organiser « théoriquement » le repairathon. C’est devant une vingtaine de salariés très motivés & attentifs d’Axa Go que nous avons pris la parole pour :

  • leur expliquer le « programme du repairathon » et donner les objectifs que nous souhaitions peu ambitieux afin de « faire baisser la pression »

  • insister sur le plus important à savoir que chacun prenne plaisir à cet atelier d’intelligence collective.

Le repairathon de smartphones du 2 juill.

Après le temps nécessaire à créer « l’atmosphère » propice à la suite du repairathon, nous avons divisé nos apprenants en 3 groupes : Iphone (Mohamed) – Android (Rodolphe) – démontage pour recyclage (Repair Café Paris + Cyril).

Repair Café Paris étant dans les murs, cela été l’occasion de les intégrer au groupe « recyclage ». Pensé pour ceux qui pouvaient avoir quelques appréhensions à démonter un smartphone, il a permis à certains avec l’aide d’une documentation et en échangeant avec ses voisins d’en savoir plus sur le démontage et notamment l’un des cas de pannes les plus courant, l’oxydation.

N’ayant pu tester les batteries d’iphones, reçues tardivement, ce groupe avait pour mission principale de changer les batteries de chacun des iphones pour vérifier s’ils étaient ou pas « dissociés » du compte de leur ancien propriétaire. L’occasion de découvrir que, ce n’est parfois pas une panne matériel qui occasionne la fin d’une réparation, mais un verrou logiciel. Certains iphones, une fois la dissociation testée, ayant besoin d’avoir leur écran changé, quelques membres du groupe ont eu l’occasion d’assister à une opération un peu longue & compliquée ou d’opérer eux-même au remplacement d’écran. Notons également la belle performance de l’un des participants qui, allant au-delà du temps imparti a démonté puis entièrement remonté un iphone en le rendant avec brio de nouveau fonctionnel.

Enfin, le groupe Androïd, a pu se frotter à quelques LG & Samsung pour changer batteries et parfois écrans. Et, ainsi apprendre par le faire quelques trucs de pro de la réparation. Là, c’est une des participantes qui a bluffé Rodolphe en s’attaquant sans avoir jamais réparé un smartphone à des démontages et remontages complexes.

Premier bilan

A l’issue de l’atelier, c’est de grands sourires qu’on a vu fleurir sur le visage de nos nouveaux réparateurs. Et pour ceux à qui ont l’a demandé, le souhait de faire un autre repairathon !

Pour les animateurs-réparateurs, c’étaient aussi une belle expérience car ils étaient plutôt habitués à faire eux-même les réparations. Ils ont grandement appréciés de pouvoir partager leur expertise et ont été agréablement surpris par le « professionnalisme » de leurs apprentis. « J’ai remarqué que si la motivation première telle que la plupart l’on exprimée en préambule de l’atelier, à savoir la curiosité, il y avait au final un véritable soucis d’aller au bout de la réparation. C’est-à-dire une démarche volontaire de s’appliquer à la remise en état d’appareils défectueux, et même si la réussite n’a pas toujours été au rendez-vous (faute de temps, pièces détachées manquantes pour cause de diagnostics difficiles à caler) il n’y a pas eu de déception flagrante. » (Rodolphe)

Par ailleurs, une discussion informelle s’est tenue après le repairathon avec d’autres représentants de Repair Café Paris pour réfléchir en commun à d’autres repairathons en ajoutant d’autres acteurs comme la Maison de l’informatique responsable…

Au regard des chiffres, 7 smartphones ont pu être réparés lors de l’atelier proprement dit. 6 autres ont pu l’être postérieurement grâce aux efforts déployés lors de l’atelier. Soit un total de 13 smartphones !
Une dizaine d’autres, confiés en même temps que l’ensemble des smartphones après l’atelier pour une démarche qualité & le bénéfice d’Emmaüs Connect, pourrait d’après Vincent l’être.

Une belle réussite qu’on doit à un travail d’équipe sur toute la chaîne du Repairathon qui a commencé avant l’atelier et qui s’est conclu par :

  • La donation de 6 smartphones réparés le 30 juill.

  • Le recyclage des smartphones en fin de vie en les reversant à la Petite Rockette le 29 juill.

  • La conservation par Electrocycle des smartphones réparés restant – et ceux fonctionnels liés à une collecte auprès des salariés – pour tester la vente solidaire avec la Petite Rockette à la rentrée.

  • & le stockage de quelques pièces détachées d’occasion.

Merci et bravo à tous ! Quelles suites possibles ?

Vers des projets mobilisateurs à impact pour faire suite au Repairathon ?

Quelques facteurs favorables au développement du réemploi de vieux smartphones mais aussi certains freins ont été découverts suite à cette expérimentation. Quels sont-ils ? Quelles propositions concrètes de co-production de projets viables à impact social pour développer le réemploi de vieux smartphones ?

Le 5/08/19
Cyril Desmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *