Vers un projet d’entreprise(s) « wEEEki reloaded » ?

solutions en informatique

Après l’euphorie de l’achat, vient l’utilisation au quotidien de l’objet puis … le désamour : envie de changement, objet cassé… Se pose alors la question du qu’est ce qu’on en fait ? La solution souvent la plus simple : la poubelle ! Loin des yeux, loin du coeur dit un proverbe. Qui s’intéresse alors, encore, au sort de l’objet ? Pourtant, parfois – comme pour les déchets d’équipements électriques & électroniques ou DEEE voir D3E – nous sommes en présence de déchets dangereux pour l’environnement et donc pour l’homme.

En pratique, une très grande majorité des équipements électriques & électroniques est détruite dans des conditions très variables selon leurs lieux de collecte et de traitement. Fin 2011, une idée nous a traversé l’esprit. Et si, plutôt que de brûler ou transformer en « matière première secondaire » (=recycler), certaines pièces détachées (ou sous-ensembles) nous les réutilisions dans des prototypes d’objets dit « open source » ?

Bref retour d’expérience d’accompagnement de projet à partir de 4 questions et réponses.

I. Quatre questions fondamentales

Après 3 ans, d’accompagnement du projet D3E porté par Electrocycle, l’Asso D3E, InfoGnuEureka a eut l’occasion de s’interroger notamment sur les questions suivantes :

  1. Est-il réellement possible de réutiliser des sous-ensembles d’équipements électriques & électroniques en fin de vie ?
  2. Si oui, comment passer à une échelle quasi industrielle au regard de la quantité d’équipements électriques & électroniques en fin de vie [passés, présents … et futurs] ?
  3. Toujours dans l’hypothèse d’une réponse positive, comment financer les outils qui faciliteraient la réutilisation de sous-ensembles d’équipements électriques & électroniques ?
  4. Peut-on mettre en place un modèle économique viable dans le cadre de la réutilisation de ces sous-ensembles ?

II. Quelques éléments de réponses

  1. Sans développer, nous répondons oui à la première question.
  2. Pour la seconde nous avons quelques pistes sérieuses qui incluent un outil de web sémantique sur les équipements électriques et électroniques que nous appelons au moins provisoirement : le « wEEEki reloaded ». Sa finalité : un outil permettant tout à la fois d’identifier les sous-ensembles d’un équipement électronique & électronique ainsi que de référencer des projets de matériels open source. Le site d’Electrocycle, l’Asso D3E propose à travers son mini-inventaire une préfiguration de cet outil. Il a été conçu à budget 0, a minima, sans experts avec de vrais objets démantelés en recourant à l’intelligence collective de citoyens motivés et sur un axe d’éducation populaire.
  3. Pour la troisième, nous croyons sa réponse dépendante de l’existence d’un modèle économique viable. Mais, comment démontrer la viabilité du modèle sans financement ? L’histoire de l’oeuf et la poule !
  4. Nous avons imaginé un modèle économique vertueux et probablement (en tout cas, en théorie) viable. Nous réservons nos explications à nos futurs partenaires. 😉

Par expérience, nous avons renoncé à envisager à mettre en place une infrastructure avec des amateurs. Rien de péjoratif. Mais, rester focaliser sur un objectif pour des bénévoles toujours en manque de temps alors que cela devrait être une activité professionnelle rémunérée n’est simplement pas réaliste. Cela ne signifie pas qu’une fois un cadre défini et un outil en place des contributeurs amateurs ne soient pas le bienvenue. Bien au contraire. 😉
Appel est lancé :

  • à d’autres entrepreneurs du libre pour contribuer au projet d’entreprise(s) « wEEEki reloaded »,
  • aux fondations privées, pour financer un projet à forte valeurs ajoutées favorisant l’économie circulaire & l’économie social et solidaire,
  • à BPI France ?

Le 24 janv. 2015,
CD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *