Atelier d’échanges de pratiques sur le financement associatif alternatif (aux subventions)

EPN XIIe

Un atelier d’échange de pratiques, animé par InfoGnuEureka, sur les financements alternatifs aux subventions a été récemment mis en place en partenariat avec plusieurs associations. Cela, afin de connaître des aspects que nous ne maîtrisions pas sur la valorisation du bénévolat, le mécénat d’entreprises et d’autres voies de financement dans un contexte de « crise » endémique et de baisse généralisée de subventions.

Présentation générale de cet événement avant de passer à l’étape maïeutique et de préciser les apports de cet atelier pour les différents besoins des participants.

L’événement du 14 janvier

Nous étions accueillis par l’association Relais 59 qui gère le centre social du XIIe arrondissement et l’espace publique numérique dont le coordinateur, Yann a bien voulu nous faire part de sa riche expérience en matière associative. Les associations Antanak, Houblons de France & Zone-AH! étaient également représentées.

L’atelier participatif & d’intelligence collective de 2h a été l’occasion de s’interroger sur un certain nombre de fondamentaux associatifs, sur les pistes alternatives aux subventions & sur les tendances actuels & futurs des financements publiques.

Maïeutique autour des fondamentaux associatif & des financements alternatifs

Les fondamentaux associatifs & la valorisation du bénévolat

C’est quoi être bénévole s’interrogeait Isabelle (Antanak) ? Sommes-nous tous d’accord sur sa définition ? Un bénévole doit-il être adhérent à l’association, notamment pour pouvoir bénéficier de l’assurance responsabilité civile de l’association ? Les avis étaient convergents. Toutefois, nous avons signalé les risques de mélanges des genres quant un prestataire de services pour une association devenait « adhérent » de l’association qu’il accompagne. La nature humaine étant ce qu’elle est nous avons effectivement constaté que, dès lors qu’on devenait associatif, les responsables de l’association avaient tendance à croire que le travail réalisé pour elle était … forcément gratuit !

A quoi ça sert d’être bénévole ? Tout le monde connaît-il le « Passeport bénévole » ? Pourquoi évaluer comptablement le travail de bénévolat ? Comment faire accepter au bénévole les nécessaires estimations de temps qu’il donne à l’association ainsi que les contraintes administratives qu’il doit respecter ? Quelles sont les activités qui relèveraient du bénévolat ? Par exemple, assister à des conférences pour s’auto-former & en profiter pour faire avancer des dossiers importants pour l’association, doit-il être comptabilisé comme du temps bénévole ? Comment, pratiquement, comptabiliser le temps offert par le bénévole ?

« Le bénévolat, c’est un travail » nous disait Yann. Un bénévole ne se gère pas de la même manière qu’un salarié. Et il convient de surtout éviter de créer des liens hiérarchiques avec le bénévole, car, c’est un critère discriminant pouvant conduire à une requalification de la relation avec l’association et entraîner certaine conséquences financières… Quels sont les risques à avoir des chômeurs comme bénévoles ? Mieux vaut rester en deça de 20% d’un ETP (équivalent temps plein) pour éviter que Pôle Emploi toque à la porte. Comment recruter des bénévoles ? A quel prix valoriser son travail ? Faut-il intégrer les charges sociales, donc plutôt qu’15 € que 9,67 € ?

Voilà quelques-unes des questions qui ont été abordées sur le bénévolat. Elles ont débordés le cadre strict de l’intitulé de cet atelier d’échanges de pratiques mais cela était nécessaire et il est heureux que chacun ait été libre de s’exprimer plutôt que de fixer arbitrairement un ordre du jour trop rigide.

Le mécénat d’entreprises

Le mécénat d’entreprises, plus sous l’angle du mécénat de compétences que financier a également été abordé grâce à l’expérience du relais 59 avec Orange Solidarité. Où trouver un mécène ? Quels intérêts pour le salarié mis à disposition, son employeur & l’association bénéficiaire ?

L’étude de cas qui nous a été présenté a permit de constater que l’expérience après un an de mise en œuvre est très réussie car elle bénéficie :

  • à l’association qui peut déléguer, en confiance, une partie de ces tâches à une personne compétente

  • au salarié plus épanoui, complètement autonome sur une activité qui le passionne & qu’il partage sans avoir de soucis financiers puisque payé par son employeur

  • à l’entreprise mécène qui valorise son image via la RSO.

Pour en savoir plus sur le RSE/RSO nous vous invitons à lire ce précédent article.

L’intervention d’une ancienne responsable des ressources humaines a été plus qu’utile en nous informant qu’un prestataire pouvait via, « un renoncement à honoraire » contribuer au financement associatif.

D’autres financements alternatifs

D’autres financements qui n’étaient pas dans le scope initial de cet atelier ont également fait l’objet de discussions. Ainsi, les financements européens ont été rapidement abordés. De même pour les PICRI, mentionnés, sans que nous ayons eu la possibilité de développer. Nous nous sommes par ailleurs longuement arrêtés sur les distinctions qui existent entre appel à projet, un marché public… Nous avons également évoqué les projets de monnaie locale complémentaire de la mairie de Paris du XIe pour lequel Yann a réalisé ce site. Enfin, la mise en place d’un écosystème financier inter-associations par un mécanisme d’adhésion aux associations des uns et des autres semblent avoir eu un certain écho. Nous verrons ce qu’il en sera d’ici quelques mois. :))

Que retenir ?

Nous avons pu constaté qu’il y avait largement matière pour un second opus. Et que, au-delà, d’un besoin de l’association Zone-AH! – qui souhaitait vérifier que les choix effectués sur son budget 2015 pour parvenir à compléter les subventions publiques accordées sur le projet ZéBU étaient conformes aux pratiques – cet atelier répondait aux besoins d’autres associations. Notamment, d’être rassuré sur la manière d’interpréter les textes. Il a aussi permis de créer de nouveaux liens entre des associations qui – pour certaines d’entre elles – ne se connaissaient pas. Un dossier partagé sur http://nuage.encommun.org permettra de recueillir les documents, dont des modèles, que certains souhaiteraient mettre en commun.
Par ailleurs, il a été mis en évidence des points importants sur le bénévolat et la vie associative que certaines des personnes présentes n’avaient peut-être pas nécessairement en tête.
Merci aux participants de leur participation et à l’@nnexe de son accueil.

Le 20/01/2016, Cyril Desmidt
Mise à jour au 26/01/2016

3 Commentaires

  1. cyril (Auteur de l'article)

    « Suite à ma discussion avec Cyril d’hier midi, voici des liens vers des
    points qui peuvent compléter nos échanges :

    Chaîne « Comprendre l’Economie Sociale et Solidaire » :
    https://www.youtube.com/playlist?list=PLBOBFDSNflpU8UVCv49bWdizYoqR__oce

    Sur cette chaîne, plusieurs sujets courts :

    * Loi ESS 2014 #1 : retour sur la notion d’Economie Sociale et
    Solidaire 1:47
    * Loi ESS 2014 #2 : historique du contexte réglementaire associatif 1:31
    * Loi ESS 2014 #3 : nouveautés – subvention et utilité sociale 1:33
    * Loi ESS 2014 #4 : nouveautés – l’agrément « Entreprise Solidaire » 1:39
    * Loi ESS 2014 #6 : nouveautés – fonds de dotation et dons & legs 1:16

    GMBA : https://www.youtube.com/channel/UCQf4kUMWWqiwpKHTyk4_lpA

    Chaîne « Le Mouvement Associatif » :
    https://www.youtube.com/channel/UC-9AGg_8f4adnsLAEgyuOmQ

    *Webinaire* : Loi ESS : où en est-on de son application ? Quels impacts
    pour les associations ?
    https://www.youtube.com/watch?v=uHfEOadv4Bw »

    (Yann)

    Répondre
  2. Pingback: Compte rendu du 3 mars 2016 – La fabrique des communs numériques

  3. cyril (Auteur de l'article)

    Sur la manière dont l’administration estime la valeur des aides en nature dont bénéficie une association : https://www.service-public.fr/associations/vosdroits/F3177

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *